Publié par Thomas Siniecki le 1 novembre 2012 à 16h33

Toulon: 19 sur 20

Top 14

Jonny Wilkinson s'est occupé de tout. (Reuters)

Toulon: 19 sur 20

Toulon a dû s'employer pour venir à bout du Stade Français jeudi (24-19), lors de la 10e journée de Top 14. Le RCT n'a pas inscrit le moindre essai à Mayol, laissant Jonny Wilkinson assurer la victoire grâce à huit pénalités. Hugo Bonneval, en aplatissant en contre, avait pourtant permis aux Parisiens de prendre l'avantage à neuf minutes de la fin. Cette fois, les Varois feront sans le bonus.

La Toussaint n'aura pas appris grand-chose sur le RCT. Les joueurs de Bernard Laporte sont une machine à gagner emmenée par un buteur exceptionnel, mais ce n'est une surprise pour personne. En revanche, voir un Stade Français à ce niveau-là sur la pelouse de Mayol est un enseignement un peu plus inattendu. Moins d'une semaine après s'être offert Toulouse au Stade de France, Paris est devenu le premier club à inscrire un essai à Toulon cette saison en championnat. Ça n'aura pas suffi face aux huit pénalités de Wilkinson, mais le Stade a quand même pris le bonus défensif (défaite 19-24) et empêché les Varois de prendre 20 points sur 20 possibles en quatre matches.

Sébastien Tillous-Borde n'était pas dupe à l'issue de la partie, conscient que la manière n'avait pas été spécialement au rendez-vous: "On va faire l'effort de se mobiliser à nouveau, sinon on va en prendre 40 à Clermont, s'inquiétait carrément le demi de mêlée sur Rugby+. Il ne faut pas trop s'enflammer. Les Parisiens ont été meilleurs, mais le plus important était de gagner." Pascal Papé, à sa manière, avait montré la voie en fin de première période en gardant Bakkies Botha yeux dans les yeux lors d'un petit coup de sang. En six jours, les joueurs de la capitale ont montré qu'ils valaient nettement mieux que leur neuvième place.

Premiers sifflets à Mayol

Ce n'est même pas un éclair qu'ils ont reçu, c'est un pet...

Mathieu Bastareaud (trois-quarts centre du RC Toulonnais)

Pour sa grande première sous le maillot toulonnais, Rudi Wulf s'est vu refuser un essai à la vidéo dès la deuxième minute de jeu. Mais pour le reste, le fidèle et bouillant public de Mayol n'a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. Quelques sifflets sont même descendus des tribunes à la mi-temps, alors que le score était de 12-6 en faveur des locaux. L'implacable Jonny Wilkinson a fait la différence sur huit coups de pied (3e, 11e, 28e, 40e, 44e, 53e, 74e, 77e), et il est évident qu'un candidat au titre doit savoir s'appuyer sur son plus bel atout pour gagner ce type de matches. N'empêche, lorsque Hugo Bonneval a marqué en contre à neuf minutes de la fin après un interminable sprint, le Stade menait 19-18. Pas de quoi en mener très large...

Au retour des vestiaires, Maxime Mermoz - laissé au repos - confiait que Laporte n'avait "pas vraiment envie d'embrasser les joueurs sur la bouche", contrairement à ce que l'ancien ministre des Sports avait déclaré la semaine dernière à la pause du match face à Bayonne (remporté 59-0). "On n'a pas été bons et c'est dommage, car on voulait continuer sur une bonne lancée, regrettait Mathieu Bastareaud, qui a ensuite endossé ses habits de poète. On leur annonçait la foudre, mais ce n'est même pas un éclair qu'ils ont reçu, c'est un pet..." Malgré tout, ça sent toujours aussi bon sur la Rade: si ses joueurs remportaient 11 matches sur 13 avant la trêve, Laporte leur avait promis deux semaines de vacances. Ils ont pris les devants, en gagnant 11 rencontres sur 12.

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "Surtout ne pas se disperser"

    "C’est une passe difficile pour Montpellier avec ces quatre défaites consécutives, toutes compétitions...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...