Publié par Sylvain Labbé le 12 juillet 2012 à 10h30

Toulon: Au coeur du vestiaire (les avants)

Top 14

Mourad Boudjellal aime à entonner le fameux "Pilou pilou" dans le vestiaire toulonnais après la victoire du RCT. (Maxppp)

Toulon: Au coeur du vestiaire (les avants)

Alors que la reprise du gros des troupes n’est programmée que le 21 juillet à Toulon, Benjamin Lapeyre, l’arrière finaliste du dernier Top 14 sous le maillot rouge et noir face à Toulouse, a accepté pour Rugbynews.fr d’ouvrir les portes du vestiaire du RCT pour une revue d’effectif parmi les vice-champions de France. Suivez le guide avec ce jeudi les avants passés au crible.

Carl HAYMAN (pilier) : "Très déçu pour lui qu’il n’ait pas pu jouer cette finale avec nous parce qu’il le méritait amplement. Il a fourni de gros efforts pour comprendre les spécificités de la mêlée française, il s’est totalement investi pour signer une saison énorme, partout. Nous, on l’appelle « le Biggest ». Il court aussi vite qu’un trois-quarts, il est partout."

Laurent EMMANUELLI (pilier) : "C’est un peu le deuxième maire de Toulon, il connaît vraiment tout le monde ici, on sent qu’il est chez lui. Mais on le sent surtout très investi dans l’équipe à la fois pour mobiliser quand c’est nécessaire et détendre l’atmosphère."

Davit KUBRIASHVILI (pilier) : "Davit a eu une saison compliquée parce qu’il avait bénéficié de beaucoup de temps de jeu l’année dernière, où il avait joué pas mal de matches en tant que n°1. Ça s’est un peu inversé cette année avec Carl qui lui est passé devant. Même s’il s’est accroché et a répondu présent quand on a fait appel à lui. Il s’est peut-être un peu essoufflé en finale parce qu’il avait enchaîné plusieurs rencontres et ce n’est pas évident à ce poste."

Eifion LEWIS-ROBERTS (pilier) : "C’est le « fridge », le frigo (1,86m, 135kg), parmi nos meilleurs marqueurs d’essai, au point qu’on s’est posé des questions, à se demander si ce n’était pas un trois-quarts… Très impressionnant aussi en mêlée. On comprend que le club veuille finalement le conserver."  

Sébastien BRUNO (talonneur) : "Seb’, c’est un peu le chef de devant, le papa au talon avec Emmanuelli, qui ont l’expérience et le vécu dans le rugby, vers lesquels on sait pouvoir se tourner si le besoin s’en fait sentir. Toujours disponibles pour nous, toujours un mot gentil pour motiver."

Mickaël IVALDI-Jean-Charles ORIOLI (talonneurs) : "Ça a été du 50-50 entre les deux, c’était prévu qu’ils fassent chacun un match sur deux. L’un et l’autre ont montré qu’ils avaient du tempérament, de l’envie et ce sont de jeunes joueurs qui ont un bel avenir, selon moi, s’ils continuent à bosser et à prendre de l’expérience. Surtout à leur âge et à ce poste qui réclame beaucoup d’années avant de devenir un taulier."       

Jean-Philippe GENEVOIS (talonneur, a rejoint Biarritz) : "Très peu utilisé cette année, le staff lui a préféré les deux jeunes Ivaldi et Orioli. C’est vrai que « Jean-Phi’ » n’a pas dû passer une saison évidente, un peu comme celle que j’ai vécue il y a deux ans, faire tous les entraînements et ne jamais jouer, ni même faire de feuilles de match ; il a été blessé, les autres lui ont pris la place. J’espère pour lui que ça se passera bien à Biarritz."

Bakkies BOTHA (deuxième ligne) : "Lui, c’est une montagne. C’est impressionnant le travail qu’il abat dans les zones de ruck, mais en même temps capable d’être vite malgré son gabarit, il est très mobile, toujours au service de l’équipe. Au début, à son arrivée, je me suis dit : « Ouh là ! » Je le croyais asocial, il ne communiquait qu’avec les étrangers et au fur et à mesure, il s’est ouvert à toute l’équipe et j’ai découvert un gars super."

Christophe SAMSON (deuxième ligne, a rejoint Castres) : "C’est « l’Auvergnat ». Une très belle saison, il a beaucoup joué et montré qu’il avait sa place au plus haut niveau. Je suis content de sa sélection en équipe de France parce que c’est un jeune joueur qui le mérite et a la possibilité d’aller très haut. Et puis il rejoint mon ancien club, Castres. C’était a priori le moins connu de tous et il n’a pas démérité, loin de là ; il a su se faire un nom à l’ombre des deux géants que sont Botha et Shaw."

Simon SHAW (deuxième ligne) : "Très impressionnant lui aussi, grand, très sec et un vrai poison pour l’adversaire dans les regroupements, les touches : un très gros bosseur, on ne le verra peut-être pas dans de grandes courses, mais infatigable au plaquage. Enfin, c’est un Anglais, quoi ! Il a bien fait son boulot. Je ne sais pas si je serais encore capable de jouer à son âge (39 ans), mais on est admiratif de voir ce gars courir et s’y filer toujours à fond, malgré dix années de plus. On le respecte d’autant plus."   

Jocelino SUTA (deuxième ligne) : "C’est un peu comme mon grand-frère dans le groupe, toujours assis à mes côtés dans le bus, on joue aux cartes ensemble, il est de Mont-de-Marsan, j’ai joué avec lui, tous les deux jaune et noir. Il a eu des pépins physiques avec son bras, mais un joueur toujours au service du club."

Steffon ARMITAGE (troisième ligne) : "Steffon, c’est d’abord un sourire qui ne le quitte pas. Très déconneur, c’est le jumeau de Bastareaud (sourire). On en rigole beaucoup, mais plus sérieusement, il a été l’un des meilleurs la saison dernière, et de loin, selon moi… Il finit meilleur marqueur d’essais du club. Il a prouvé tout au long de la saison. Quel abattage !"

Joe VAN NIEKERK (troisième ligne) : "C’est « Cap’tain » pour nous tous. Notre leader d’équipe, toujours à fond, toujours joyeux, toujours positif, toujours motivé pour faire avancer l’équipe : c’est « Cap’tain Joe », quoi. Même contesté, Joe avait fait quelques matches moyens et il fallait qu’il revienne à son meilleur niveau. Ce qu’il a fait parce qu’il a toujours tout donné pour l’équipe.

Juan Martin FERNANDEZ-LOBBE (troisième ligne) : "Une saison compliquée du fait de sa blessure en Coupe du monde, mais son retour nous a fait du bien. C’est un des meilleurs n°8 au monde, tellement technique, mais aussi un des meilleurs leaders de l’équipe et quand il parle, tout le monde l’écoute. Vraiment un joueur charismatique, mais il n’y a pas de secret, parce qu’il donne l’exemple et qu’on a envie de tous le suivre."

Pierrick GUNTHER (troisième ligne) : "Pierrick travaille beaucoup et il est passé d’Espoir au groupe professionnel de suite, à enchaîner beaucoup de matches. Ça prouve qu’on peut y arriver en bossant et quand la chance lui a été donnée, il a su la saisir."

Olivier MISSOUP (troisième ligne, a rejoint le Stade Français) : "Un joueur important, l’un des leaders de notre touche, précieux aussi en défense parce qu’il ne plaque pas aux jambes, mais aux chevilles. C’est un mental d’acier, il n’a peur de personne."

Retrouvez vendredi sur Rugbynews.fr : Au cœur du vestiaire toulonnais (les arrières)

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "L'effectif pour encaisser"

    "Cette blessure, c’est dur, surtout pour François (Trinh-Duc). Il était en pleine forme en ce moment, il...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...