Publié par Yannick Sagorin le 11 avril 2017 à 19h10

Trois Grenoblois visés par une information judiciaire pour viol en réunion

Top 14

Le FC Grenoble à nouveau dans la tourmente.

Trois Grenoblois visés par une information judiciaire pour viol en réunion

Nouveau rebondissement dans l’affaire de viol présumé qui a éclaté le 12 mars dernier. Cinq des six rugbymen du FC Grenoble initialement gardés à vue ont été rappelés par les enquêteurs ce mardi. Une information judiciaire pour viol en réunion a été ouverte dans la foulée à l’encontre de trois joueurs.

Le 29 mars dernier, le FC Grenoble annonçait la réintégration dans son effectif des six joueurs placés en garde à vue une semaine plus tôt sur la base d’une plainte pour viol déposée le 12 mars au matin au commissariat de Bordeaux par une jeune femme de 21 ans. "A ce jour, aucune charge n’ayant été retenue contre les joueurs à la suite de leur garde à vue à l’hôtel de police de Grenoble, le FC Grenoble Rugby a décidé de lever la mise à pied et de réintégrer ces joueurs, tout en se réservant le droit de prendre d’autres mesures dans l’hypothèse où de nouvelles informations seraient portées à sa connaissance dans le cadre de la poursuite de l’enquête préliminaire", pouvait-on lire alors dans un communiqué du club appartenant au Top 14, l’élite de l’ovalie française.

Ce mardi, l’enquête a pris une nouvelle tournure puisque  les Néo-Zélandais Dylan Hayes et Rory Grice, les Irlandais Chris Farrell et Denis Coulson ainsi que le Français Loïck Jammes ont de nouveau été entendus – cette fois en Gironde – avec pour conséquence, selon la volonté du procureur de la République de Bordeaux, l’ouverture d’une information judiciaire à l’encontre de trois d’entre eux: Coulson, Grice et Jammes. Le pilier, le troisième-ligne et le talonneur étant soupçonnés de viol en réunion.

"Le parquet estime en effet qu’il existe à leur encontre des indices graves ou concordants qui rendent vraisemblable leur participation, comme auteur ou complice, à la réalisation de l’infraction dénoncée", précise ce mardi soir le procureur dans un communiqué. Le FC Grenoble Rugby n’a pas encore officiellement réagi à ce rebondissement.

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS