Publié par Sylvain Labbé le 19 août 2012 à 16h59

Usap: Delpoux allume déjà la mèche

Top 14

Ulcéré par l'arbitrage, Marc Delpoux s'est autorisé à critiquer le style de jeu minimaliste des Toulonnais. (Maxppp)

Usap: Delpoux allume déjà la mèche

Moins que la défaite (15-21) de ses troupes défaites par Toulon à Aimé-Giral pour l’ouverture de la saison, Marc Delpoux, pour sa première en tant que manager de l’Usap, digérait mal l’arbitrage de M. Gauzere autant que le style de jeu minimaliste du RCT.

De retour à Perpignan dans son nouveau costume de manager général, il n’aura pas fallu bien longtemps à Marc Delpoux pour rappeler le rude troisième ligne qu’il était du temps de sa carrière en sang et or. Le nouvel homme fort de l’encadrement catalan n’a pas pris de gants à l’heure de commenter la défaite inaugurale de l’Usap dans cette nouvelle saison de Top 14. Un revers (15-21) dans un stade Aimé-Giral rendu torride autant par la température caniculaire que par le terrible combat livré par ses joueurs à l’armada du RC Toulon.    

Des vice-champions de France déjà à la hauteur de leur statut et de leur réputation, véritable machine de guerre, qui ne se sera pas embarrassée de fioritures pour découper chacune des initiatives catalanes. Du combat, une défense en acier trempé et un Jonny Wilkinson à 100 % de réussite (7 sur 7): la recette est éprouvée, mais à l’évidence ne trouve pas grâce aux yeux d’un Delpoux navré par un tel spectacle et en même temps de voir ses joueurs, méritants, si mal récompensés de leurs efforts : "On a essayé de mettre du mouvement, mais, Toulon a battu le record du monde de passes non réalisées. Ils ont dû se faire douze passes dans le match !Si c'est ça le rugby que l'on veut et qui doit gagner, c'est inquiétant", lâchait-il au coup de sifflet final, cité par L’Indépendant. On avait plutôt pris l’habitude d’attendre sur ce terrain Mourad Boudjellal ou Bernard Laporte, tous deux restés sur la réserve samedi soir.

Delpoux : "Je ne critique pas la méthode toulonnaise…"

Delpoux, lui, prenait un bien beau relais : "J'en veux à ce putain de règlement qui ne permet pas de voir du jeu. Steffon Armitage a gratté dix ballons au sol, il a été pénalisé au moins six fois sans jamais prendre un carton jaune. Je ne comprends pas. On fait des réunions avec les arbitres où l'on nous dit que l'on va être sévère sur les fautes au sol et là, il ne se passe rien (...) Moi, ce qui me gêne, c'est qu'on ne pénalise pas davantage le jeu au sol. On ne jouera jamais au rugby comme ça. Tant qu'on ne changera pas la règle : eh bien, on aura ce style de match. On arrivera aux phases finales et tout le monde dira : « Il n'y a pas de passes. Comment ça se fait ? On ne comprend pas »... Minimaliste, le jeu toulonnais flirterait donc allègrement avec la règle, même si le manager perpignanais tient à nuancer son propos : "Je ne critique pas la méthode toulonnaise. Ils ont joué avec leurs forces, une défense très en place, une volonté de destruction toujours aussi solide et une réelle efficacité. Mais, ils ne se créent qu'une seule occasion d'essai, à la dernière minute, sur une chandelle... Encore une fois, si c'est ça le rugby que l'on veut…" Sans doute pas celui qui comble le public et rehaussera l’image de ce Top 14, mais celui qui gagne, c’est l’évidence.

En attendant, l’Usap, crédité du bonus défensif, doit encaisser : "J'allais dire que ce match est encourageant pour nous, on a tenté de mettre du mouvement, on a essayé des choses, mais une défaite n'est jamais encourageante.On travaille toujours différemment dans la défaite. On se déplace à Bordeaux vendredi prochain, ils ont eux aussi perdu à domicile face à Grenoble, ce sera déjà malheur aux vaincus". Un retour déjà sous pression pour l’ancien boss de l’Union Bordeaux-Bègles.   

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS

Les blogs des joueurs

  • "Ça n’a pas de prix"

    "Du stade de France à l’accueil que Toulon nous a réservés, on n’est pas vraiment descendu de notre nuage."

  • "Les critiques sont normales"

    "C’est tristement la même histoire avec ces tournées d’été."

  • "Les premiers déçus"

    On avait déjà vécu ça l’an dernier, en Nouvelle-Zélande. Perdre trois matches d’affilée, ça n’a rien d’évident à...