Publié par Sylvain Labbe le 17 octobre 2017 à 18h20

Webb, encore un mauvais coup du "poireau" pour Boudjellal ?

Top 14

Mourad Boudjellal a paraphé un contrat de 3 ans avec le demi de mêlée gallois Rhys Webb (28 ans, 30 sélections).

Webb, encore un mauvais coup du "poireau" pour Boudjellal ?

En modifiant a priori sans prévenir ses critères de sélection, la fédération galloise de rugby (WRU) semble espérer faire capoter l’arrivée de Rhys Webb à Toulon. Mais Mourad Boudjellal, lui, se dit très tranquille… 

Ah ces diables de Gallois ! Mourad Boudjellal avait juré qu’on ne l’y reprendrait plus, après l’amère fin de carrière sous le maillot toulonnais d’un Leigh Halfpenny, empêché de jouer la finale du dernier Top 14 par sa fédération (WRU). Et puis le président du RCT s’est laissé convaincre par Fabien Galthié de jeter à nouveau son dévolu sur un joueur du XV du Poireau. Rhys Webb (28 ans, 30 sélections) est le profil recherché par le nouveau manager du club varois à un poste de demi de mêlée, où Webb, après dix ans de fidélité aux Ospreys, a choisi de s’offrir un nouveau défi à l’étranger. Avec à la clé un contrat de trois ans à Toulon, officialisé la semaine dernière.

Un exil qui, aujourd’hui, est remis en cause. Lundi, la WRU annonçait en effet l’évolution des critères d’éligibilité imposés à ses internationaux pour évoluer en équipe du pays de Galles. Avec désormais l’obligation imposée aux joueurs évoluant à l’étranger de compter… au moins 60 sélections pour pouvoir être appelé par Warren Gatland ! Un changement de politique qui désole le pauvre Webb mis visiblement devant le fait accompli et prenant soudain conscience que son choix de rejoindre Toulon signifie ni plus ni moins la fin de sa carrière internationale.

Rhys Webb pris au piège

"Je ne savais pas que cette politique allait être mise en place lorsque j’ai accepté de rejoindre Toulon, a assuré le joueur au Wales Online. Ce changement de politique est intervenu après ma signature. J’ai joué durant dix années chez les Ospreys et au sein du rugby gallois. J’aurais espéré que cela soit pris en considération. Je veux toujours jouer pour le pays de Galles cette saison et j’espère pouvoir être retenu pour la tournée d’automne…" Warren Gatland, qui n’aime rien plus que tirer à boulets rouges sur le Top 14, qu’il a toujours considéré comme un cimetière pour ses internationaux, n’a pas tardé à mettre son grain de sel.    

Et le sélectionneur gallois de prétendre ainsi auprès de BBC Sport Wales que "Rhys peut toujours rompre son contrat. Il n’a signé qu’une lettre d’accord, assure-t-il. J’ai eu une bonne conversation avec lui. Il a 28 ans et il a souvent été blessé. Il a peut-être pris cette décision un peu trop tôt. Maintenant, c’est à lui de prendre sa propre décision. Nous avons parlé avec son agent pour lui dire que cette politique allait potentiellement être adoptée. J’en ai parlé à Rhys et son agent lui en a aussi parlé. Pour Rhys, il lui faudra patienter encore environ trois ans pour atteindre le cap des 60 sélections, et il pourrait ne plus avoir cette opportunité s’il rejoignait Toulon, insiste le Néo-Zélandais. Mais nous devons le respecter et le comprendre." La mauvaise foi n’étouffe pas le technicien. En attendant, Mourad Boudjellal se déclare plus serein que jamais et sûr de son bon droit.

"J’ai un contrat signé avec Webb. Si Warren Gatland veut payer la clause pour le libérer, pas de souci. Mais si c’est Gatland qui paie, il faudra un chèque de banque certifié. Je n’ai eu ni Webb, ni son agent aujourd’hui (lundi, ndlr), mais ça ne change rien pour nous. Je suis très tranquille", lance le patron de Toulon, bien décidé à ne pas regretter une nouvelle fois sa pioche galloise.     

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS