Publié par Damien Richy le 18 novembre 2017 à 23h05

Nouvelle désillusion pour les Bleus

XV de France

Nouvelle désillusion pour les Bleus

Le XV de France s'est enfoncé dans la crise en échouant contre l'Afrique du Sud au Stade de France (17-18), ce samedi en test match. Organiser le Mondial 2023 c'est bien, avoir une équipe c'est mieux...

Le rugby français brille en coulisses mais sombre sur le terrain. Après avoir coiffé l'Afrique du Sud dans l'organisation de la Coupe du monde 2023, la France n'a pu rééditer sa performance face aux Springboks sur la pelouse du stade de France, ce samedi en test-match (17-18). Déjà battus deux fois par les All Blacks, les Bleus voient leur tournée d'automne virer au fiasco.

Les Bleus n'auront vraiment existé que six minutes. Le temps d'une entame de match aussi encourageante qu'éphémère. La France n'arrivant pas à concrétiser, Dillyn Leyds et l'Afrique du Sud prenaient le score dès leur première offensive en inscrivant le premier essai (0-5, 7e). Anthony Belleau répondait côté tricolore après une belle feinte de passe pour s'engouffrer dans l'intervalle (7-8, 27e). Profitant de la maladresse du buteur adverse, les joueurs de Guy Novès passaient devant sur une pénalité de Belleau (10-8, 47e) qui craquera à son tour dans le deuxième acte.

Guirado: "On a été catastrophique"

Mais à cause d'un jeu complètement balbutié, le XV de France s'est retrouvé sous pression. Si les Bleus ont évité le pire sur une action où Baptiste Serin a écopé d'un carton jaune mais évité un essai (57e), ils n'ont fait que repousser l'échéance. C'est Jesse Kriel qui a endossé le costume du bourreau sur un essai entaché d'un en-avant que l'arbitrage vidéo n'aura, assez curieusement, pas décelé (10-18, 62e). En revenant sur la pelouse, le demi de mêlée remplaçant français a tenté de se rattraper, parvenant à aplatir pour redonner l'espoir aux Tricolores (17-18, 77e). Une réaction trop tardive pour arracher un succès qui n'aurait pas été mérité.

Il s'agit de la cinquième défaite consécutive des Bleus sous l'ère Novès, une première depuis 1982. "Il y a trop d'erreurs pour exister au haut niveau, pestait le capitaine Guirado au micro de France 2. On n'est pas invité. Il n'y a que les huit premières minutes qui sont encourageantes. On prend un essai et ça nous met la tête à l'envers. On a été catastrophique tout le long du match. On a répété qu'il fallait les plaquer bas et on les a plaqué haut... On a eu un sursaut d'orgueil, comme d'habitude, mais je suis un peu agacé." Les amoureux du rugby français aussi.

Réagissez