Publié par Laurent Duyck le 16 octobre 2012 à 11h46

Roulez jeunesse !

XV de France

S'il ne compte que quatre matches en Top 14 et une apparition en H Cup, Gaël Fickou intègre le XV de France à 18 ans. (Maxppp)

Roulez jeunesse !

S'il enregistre, depuis la tournée en Argentine, le retour de trois anciens, dont son capitaine Thierry Dusautoir, le XV de France s'ouvre à une brochette de jeunes joueurs comme Ben Arous, Vahaamahina, Gunther, Plisson, Fickou ou encore Martin pour les test-matches de novembre. La confirmation qu'une page se tourne. Et que Philippe Saint-André a déjà le regard tourné vers la Coupe du monde 2015.

Un tiers. Voilà la proportion de finalistes de la Coupe du monde 2011 toujours présents en équipe de France un an plus loin à l'heure d'aborder une série de trois test-matches contre l'Australie (le 10), l'Argentine (le 17) et les Samoa (le 24) en novembre. La preuve que Philippe Saint-André, après un Tournoi des Six Nations de transition et une tournée estivale en Argentine pour comprendre la dure réalité de sélectionneur du XV de France, poste où l'on apprend à jongler avec les calendriers et donc à se passer d'un gros réservoir de joueurs, a aujourd'hui pris les dimensions de son nouveau costume et lorgne déjà vers la Coupe du monde 2015 en Angleterre. "C'est obligatoirement une page qui se tourne quand des joueurs du calibre de William Servat, Lionel Nallet, Sébastien Chabal, Julien Bonnaire, des titulaires en équipe de France pendant sept-huit ans, ont arrêté, confirme le successeur de Marc Lièvremont. Il faut penser à maintenant mais aussi à demain, à la prochaine Coupe du monde."

Préparer l'avenir sans occulter le présent, lequel décidera du statut de tête de série ou non de la France lors du tirage au sort de la Coupe du monde le 3 décembre prochain à Londres, voilà l'équation à laquelle a tenté de répondre le comité de sélection, confronté aux absences de Yachvili, Harinordoquy, Palisson ou encore Médard. Le résultat donne un groupe de 33 joueurs, et non 30 comme de coutume - histoire de "pouvoir enfin bien travailler sur trois jours (les 2, 3 et 4 novembre, ndlr)", se félicite « PSA » - avec une grosse base de joueurs déjà présents en Argentine (Attoub, Szarzewski, Tolofua, Papé, Ouedraogo, Maestri, Lauret, Picamoles, Parra, Trinh-Duc, Mermoz, Michalak, Machenaud, Fall, Fofana, Huget, Fritz et Dulin), trois cadres sur le retour, Nicolas Mas (qui devrait rejouer le week-end prochain), Vincent Clerc et le capitaine Thierry Dusautoir, deux joueurs qui profitent de leur forme du moment (Chouly, Forestier et Suta), et une brochette de jeunes en culottes courtes (Ben Arous, Vahaamahina, Gunther, Plisson, Fickou et Martin).

Il fait bon jouer à Toulon

L'occasion de noter que, derrière le Stade Toulousain et l'AS Clermont-Auvergne, qui comptent respectivement huit et six joueurs sélectionnés, le RC toulonnais, leader du Top 14 après huit journées, s'impose comme le troisième bastion du rugby français avec cinq appelés (Mermoz, Suta, Michalak, Gunther et Martin). Preuve que Philippe Saint-André n'est pas rancunier, lui dont le départ de Toulon avait fait grincer des dents, mais surtout qu'il mise aussi sur la forme du moment, Suta, "qui commande aujourd'hui la touche de Toulon et s'impose comme l'un des meilleurs deuxième-lignes de France", et Yannick Forestier, enfin appelé à confirmer ses sorties à Castres, en étant les plus bel exemples.

Les six gamins appelés au côté de ces bizuths trentenaires, qui s'ajoutent eux à une liste de joueurs déjà découverts lors de la tournée en Argentine (Tolofua, Machenaud et Dulin), ne font pas exception à cette règle. Mais ont pour eux un potentiel sur lequel mise beaucoup le sélectionneur. "On sait que la dimension physique est primordiale au niveau international, rappelle-t-il. On est à 35-36 minutes de temps effectif de jeu, pas 20 minutes. On a des physiques de 4x4 qui sont bons en Top 14 mais qui sont à la limite au niveau international. Et puis on a des joueurs qui ont un potentiel. Et plus le niveau s'élève, plus ça va vite, meilleurs ils sont. On prend ces joueurs pour leur montrer et leur faire toucher du bout des doigts ce qu'est le haut niveau. Mais c'est à eux de se prendre en main, on n'est pas derrière eux, c'est leur professionnalisme, leur investissement, dans la technique, dans leur hygiène de vie, leur préparation, qui compteront... Une somme de détails qui fait la différence entre un sportif de très haut niveau et un joueur moyen."

Charge à eux, même si tous n'auront peut-être pas la chance de jouer lors de ces rendez-vous de novembre (un groupe réduit de 23 joueurs sera retenu pour l'Australie avec la possibilité de changer pour les deux autres matches), de bousculer les derniers anciens d'ici la Coupe du monde 2015. "On sait qu'on peut amener un ou deux joueurs de 35-36 ans mais pas plus", leur rappelle « PSA » en guise motivation. "Ça se fera par les performances. Les joueurs qui voudront aller à la Coupe du monde devront travailler et être à 120% de leur potentiel physique." Un avertissement qui vaut pour le capitaine Thierry Dusautoir qui confiait ce mardi dans les colonnes de L'Equipe vouloir conduire les Bleus en 2015. "La réalité, c'est la performance sur le terrain, tranche le sélectionneur. Mais on connaît Thierry. Il a eu une vraie intersaison, il a beaucoup travaillé. Et il a la force mentale et morale de le faire."

Les 33 joueurs retenus pour les test-matches de novembre :

Avants: Nicolas Mas (Perpignan), David Attoub (Stade français), Eddy Ben Arous (Racing-Métro), Vincent Debaty (Clermont), Thomas Domingo (Clermont), Yannick Forestier (Castres), Dimitri Szarzewski (Racing-Métro), Christopher Tolofua (Stade toulousain), Benjamin Kayser (Clermont), Pascal Papé (Stade français), Yoann Maestri (Stade toulousain), Sébastien Vahaamahina (Perpignan), Jocelino Suta (Toulon), Thierry Dusautoir (Stade toulousain, cap.), Wenceslas Lauret (Biarritz), Fulgence Ouedraogo (Montpellier), Damien Chouly (Clermont), Louis Picamoles (Stade Toulousain), Pierrick Gunther (Toulon)
Arrières: Morgan Parra (Clermont), Maxime Machenaud (Racing-Métro), Frédéric Michalak (Toulon), François Trinh-Duc (Montpellier), Jules Plisson (Stade français), Maxime Mermoz (Toulon), Wesley Fofana (Clermont), Florian Fritz (Stade toulousain), Gaël Fickou (Stade toulousain), Vincent Clerc (Stade toulousain), Yoann Huget (Stade toulousain), Benjamin Fall (Racing-Métro), Brice Dulin (Castres), Vincent Martin (Toulon).

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Ça n’a pas de prix"

    "Du stade de France à l’accueil que Toulon nous a réservés, on n’est pas vraiment descendu de notre nuage."

  • "Les critiques sont normales"

    "C’est tristement la même histoire avec ces tournées d’été."

  • "Les premiers déçus"

    On avait déjà vécu ça l’an dernier, en Nouvelle-Zélande. Perdre trois matches d’affilée, ça n’a rien d’évident à...