"Surtout ne pas se disperser"

Publié le 16 novembre 2014 à 20h35

(ICON SPORT)

"Surtout ne pas se disperser"

"C’est une passe difficile pour Montpellier avec ces quatre défaites consécutives, toutes compétitions confondues, et c’est en-dessous des attentes de notre club. Mais j’espère qu’on va rapidement trouver les solutions pour surmonter cette mauvaise passe et obtenir de meilleurs résultats."

Depuis le début de saison, les victoires qu’on a enregistrées ne l’étaient pas en pratiquant un jeu brillant ou forcément très structuré et maîtrisé, même si on a eu de beaux succès, notamment à Clermont (21-20, 3e journée). Mais on les a surtout construits en étant très bons sur les fondamentaux, la mêlée, la défense et beaucoup d’agressivité. Et à domicile, on a signé des victoires souvent étriquées et sans forcément avoir la maîtrise sur notre jeu. Peut-être que ça nous pendait au nez depuis un moment, même si on était parvenu à l’éviter en gagnant de peu ou en s’accrochant, mais là, ça devient plus criant et en enchaînant les défaites, ça a mis à jour ces défauts-là.

Dans ce contexte, en tant que joueur de classe internationale, François (Trinh-Duc), avant sa blessure, était une plus-value pour notre équipe et, souvent, il nous débloquait des situations compliquées. Maintenant, on ne peut pas se retrancher derrière ça. A nous de trouver les solutions, même si c’est difficile, à nous de nous resserrer pour trouver les explications et les solutions qui vont nous permettre de revenir vers le haut.

"Des moments de crise, plus durs encore, j’en ai déjà vécus"

Je pense qu’on a à passer du temps ensemble et à travailler d’arrache-pied. Le groupe est de qualité, et si tout le monde fait les efforts nécessaires, si chacun fait son autocritique, on doit pouvoir se sortir de ce mauvais pas. Dans ces moments-là, la facilité, ce serait de dire que c’est la faute à untel et de se rejeter la faute. Mais on doit plutôt tous se remettre en question et surtout rester solidaires et ne pas se disperser.

Je suis à Montpellier depuis maintenant un moment, et des moments de crise, plus durs encore, j’en ai déjà vécus. Et à chaque fois, le groupe a su faire l’effort de repartir vers l’avant. C’est vrai que les changements sont nombreux depuis quelques saisons au sein de notre effectif et, même s’il n’y a que des joueurs sympas ici, il me semble important de retrouver cet esprit de groupe. On l’avait avant avec d’autres groupes, d’autres joueurs à l’époque et il est essentiel que le groupe actuel trouve sa propre cohésion et cette envie commune.

Je me souviens que lorsque Fabien (Galthié) est arrivé au club, le groupe était déjà construit depuis quelques années. On avait traversé ensemble des périodes nettement moins fastes et ce groupe à l’époque avait un vécu, qui le rendait plus fort et plus uni. On se connaissait tous quasiment, pour la plupart, depuis l’équipe Espoir. Fabien est arrivé et a juste apposé sa note technique pour créer ce mélange, qui nous a permis d’atteindre la finale.

Aujourd’hui, on a des joueurs de qualité sans doute supérieure, des internationaux quasiment à chaque poste, mais il faut trouver ce sentiment commun et créer notre propre histoire. Ça signifie aussi vivre des moments difficiles tous ensemble et savoir en ressortir plus fort. Dans chaque groupe, il existe plus ou moins d’affinités, mais au rugby, et même dans notre milieu professionnel aujourd’hui, il y a un truc qui restera, c’est qu’on joue un sport collectif de combat. C’est bien de cela qu’on parle... Il faut avoir l’envie de se dépasser pour le copain d’à côté et se donner pour le voisin. On peut avoir les meilleurs joueurs du monde, si on n’arrive pas à jouer ensemble, on n’arrivera à rien.

Je pense que Fabien (Galthié) avait beaucoup de déception après le match (face à Brive). Comme tout le monde. Maintenant, ça fait un moment que je connais Fabien et ces propos-là, je l’ai déjà entendu les prononcer, donc ça ne me surprend pas plus que ça. Comme il y a toujours eu des rumeurs autour de son avenir et de l’équipe de France. Je dirai que j’ai l’habitude et je sais être détaché par rapport à tout ça. Tout le monde se remet en question, pas plus le staff que les joueurs. L’an dernier, on avait les mêmes entraîneurs et on a fini deuxièmes du championnat. Le président a eu les bons mots et la remise en question doit être générale."                

Réagissez

Fulgence Ouedraogo

Fulgence Ouedraogo

  • Né le 21 juillet 1986
  • à Ouagadougou
  • Taille : 1m87
  • Poids : 102 kg
  • Poste : 3ème ligne
  • Club : Montpellier
Voir sa bio

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "Surtout ne pas se disperser"

    "C’est une passe difficile pour Montpellier avec ces quatre défaites consécutives, toutes compétitions...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...