"Le travail va payer"

Publié le 10 septembre 2014 à 12h17

(ICON SPORT)

"Le travail va payer"

C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette volonté de mettre la machine en route.

"Si l’on excepte notre non match à La Rochelle (défaite 37-25), à Brive, on avait su mettre les intentions et les coéquipiers ont produit beaucoup d’efforts pour batailler jusqu’au bout (l’international ne figurait pas ce jour-là sur la feuille de match, ndlr)… C’est sur des erreurs et des détails, beaucoup d’en-avants de notre part, que l’on perd cette rencontre (défaite 26-19). C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette volonté de mettre la machine en route. Comme ce bon match contre Castres (victoire 35-6), ou encore à Brive, même si sur certains détails on a péché. Il nous manque surtout de concrétiser nos temps forts et d’être un peu plus en place en défense. 

Parler de la mêlée, ce n’est pas vraiment mon job. Les avants règlent ça semaine après semaine, c’est le début de la saison et peut-être manquent-ils encore de repères…

On sait bien que les matches à l’extérieur sont encore plus importants qu’il y a cinq ou six ans, que chaque point compte, même un bonus peut faire la différence à la fin. On a un peu trahi l’équipe à La Rochelle, eu des comportements qu’on n’aurait sans doute pas dû avoir. Mais cette équipe rochelaise sur laquelle on est tombé, revancharde après deux matches à l’extérieur, a aussi le droit de bien jouer chez elle.

Beaucoup d’autres grandes équipes ont déjà perdu à domicile ou à l’extérieur, donc on ne va pas non plus déjà tirer l’alarme et dire que Toulouse ne va pas bien sous prétexte qu’on a deux matches gagnés et deux matches perdus. On a procédé à des changements, dont les résultats ne sont peut-être pas visibles encore aujourd’hui, mais on espère que le travail au fil de la saison va payer.

On sait tous que cette saison est particulière avec la Coupe du monde en ligne de mire. Il faut être prêt physiquement et individuellement, mais c’est ton équipe qui te fait avancer. Il ne faut pas non plus penser qu’à soi…  Comme chaque année au Stade, il y a une concurrence saine qui amène un engouement.  C’est le jeu de replacer chacun en situation de concurrence après chaque match et c’est ce qui pousse à se remettre en question pour avancer et progresser. Un jour, c’est untel qui brille, demain, ce sera un autre. On a tous envie de produire de bons matches et de gagner surtout quelque chose cette saison.

Personnellement, j’ai retrouvé, notamment face à Castres, des sensations que j’avais perdues depuis ma blessure. Je suis très content et je travaille bien. Je continue de bosser et d’être attentif à ce qu’on me dit."

Réagissez

Maxime Médard

Maxime Médard

  • Né le 16 novembre 1986
  • à Toulouse
  • Taille : 1m80
  • Poids : 89 kg
  • Poste : Arrière
  • Club : Toulouse
Voir sa bio

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "Surtout ne pas se disperser"

    "C’est une passe difficile pour Montpellier avec ces quatre défaites consécutives, toutes compétitions...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...