Publié par Sylvain Labbé le 18 décembre 2013 à 15h30

Gareth Thomas, ce n'est pas (encore) du cinéma

Lifestyle

Gareth Thomas se réjouit de l'implication jamais démentie de l'acteur américain Mickey Rourke pour incarner son rôle à l'écran.

Gareth Thomas, ce n'est pas (encore) du cinéma

Deux ans après avoir raccroché les crampons, Gareth Thomas continue de porter le projet d’un biopic, incarné par Mickey Rourke, sur sa carrière de premier rugbyman international à avoir révélé son homosexualité. Un combat pour la différence dans le sport qui garde tout son sens à l’approche des JO d’hiver de Sotchi dans une Russie aux lois ouvertement homophobes.

C’est l’histoire d’une légende. Au Pays de Galles, Gareth Thomas reste une icône non seulement pour les fans de rugby pour lesquels il fut l’un des meilleurs joueurs de sa génération et mena en tant que capitaine le XV du Poireau sous le maillot duquel il honora pas moins de 100 sélections, qui font de lui toujours le joueur le plus capé de l’histoire des Dragons rouges. Mais "Alfie", comme on le surnomme, a su transcender son statut de sportif lorsqu’en décembre 2009, à l’occasion d’un entretien accordé au Daily Mail, il devint le premier sportif masculin de premier plan à révéler son homosexualité.

Deux ans après sa fin de carrière, l’ancien joueur du Stade Toulousain avec lequel il fut notamment sacré champion d’Europe en 2005 continue de porter ce combat pour la différence dans le sport comme dans la société, lui qui a récemment été désigné la personnalité gay la plus influente outre Manche. Une lutte pour la défense des droits de la communauté homosexuelle à laquelle Gareth Thomas entend donner le plus grand écho possible en portant à l’écran sa propre histoire. Un biopic en développement à Hollywood pour retracer le parcours d’un sportif qui dût apprendre à mener sa carrière au plus haut niveau professionnel tout en dissimulant son orientation sexuelle. Censé être incarné à l’écran par l’acteur américain Mickey Rourke, qui a acheté les droits du film, le Gallois a confirmé le mois dernier que l’interprète magnifique de The Wrestler (*) serait bien son double de cinéma, malgré la rumeur et les 61 printemps de l’intéressé.

Thomas : "Réaliser ce film n’est pas une question d’argent"

"Mickey a investi des centaines de milliers de dollars pour faire le film et ils sont maintenant en pré-production, se réjouit Thomas. Ça a été une expérience folle de découvrir les gens d’Hollywood et Mickey a beaucoup souffert de son image par le passé, mais il s’est entraîné très dur pour jouer ce rôle." Si la différence d’âge entre les deux hommes a de quoi laisser perplexe, au point qu’on aurait envisagé d’utiliser des effets spéciaux, le Gallois se dit persuadé de la pertinence de ce choix : "Il est la bonne personne pour jouer mon rôle dans le sens où je voulais quelqu’un qui a le souci de savoir qui je suis, pas quelqu’un qui veut juste gagner un Oscar."

"Réaliser ce film n’est pas une question d’argent – il s’agit d’acceptation de chacun dans le monde du sport. Le fait est que mon coming-out m’a permis de réaliser que des gens avaient un vrai problème. Des gens ont eu le courage, à partir de mon histoire, d’affronter les étapes de leur vie et c’est ce qui est important. Pour moi, ce film est un autre moyen de les inspirer et c’est ce qui est le plus important à mes yeux." Lui-même avoue avoir été inspiré par la tenniswoman Martina Navratilova, pionnière en la matière : "Elle a su dépasser les sarcasmes pour devenir l’une des joueuses les plus populaires et les plus brillantes de tous les temps ; une histoire forte comme j’aimerais la voir dans le film."

A 39 ans, Gareth Thomas, s’il jouit aujourd’hui à son tour d’une énorme popularité et du respect de ses pairs comme de la société galloise, sait que la réalité réclame de se mobiliser. La proximité des JO d’hiver de Sotchi (7-23 février), dans une Russie aux lois ouvertement anti-gays, comme la perspective de la Coupe du monde de football au Qatar en 2022, le sensibilise :"Si je faisais partie d’une équipe appelée à concourir dans ces pays, j’irais là-bas en tant que gay pour être le meilleur possible et prouver que leurs lois ne peuvent pas me stopper dans ma quête d’être le meilleur dans mon sport." Dans l’attente du film qui gravera à jamais sur la pellicule sa trajectoire, "Alfie" ne relâche pas la garde.        

(*) Lui-même ex-boxeur, Mickey Rourke incarne en 2008 The Ram ("Le Bélier"), une star du catch déchue qui tente de se reconvertir. Un rôle qui vaudra à l’acteur américain une nomination aux Oscars.            

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS