Publié par Krystel ROCHE le 9 juin 2012 à 11h30

Un jour à Roland: Avec l'Usap

Lifestyle

Champions de France avec l'Usap en 2009, Damien Chouly et Maxime Mermoz quittent Perpignan respectivement pour Clermont et Toulon. (Maxppp)

Un jour à Roland: Avec l'Usap

En cette fin de saison, nombreux sont les rugbymen à fréquenter les allées des Internationaux de France de Roland-Garros. Porte d'Auteuil, Rugbynews.fr est allé à la rencontre de ces acteurs de l'ovalie, passionnés par la petite balle jaune. En ce jour de finale, notre site convoque trois figures de l'Usap, Maxime Mermoz, notre ambassadeur de la DIM Team, Florian Cazenave et Damien Chouly: l'ocre vire au sang et or !

Maxime Mermoz (trois-quarts centre, 25 ans)

Maxime, si on vous dit "Roland Garros" : qu'est-ce que cela vous évoque ?
Beau Jeu... Rencontres... Et à la base, des souvenirs d'enfance : ma maman était tout le temps devant les matchs. C'est comme ça que j'y ai pris goût. Aujourd'hui, j'ai la chance de pouvoir venir et de ressentir l'ambiance du tournoi de l'intérieur... plus que dans mon salon ! (sourire).

Avez-vous des souvenirs marquants Porte d'Auteuil ?
Ces dernières années, les duels Nadal-Federer. Petit, des joueurs comme Sampras, que j'adorais regarder.

Vos chouchous pour cette édition ?
Gael (Monfils, ndlr), qui est dans son salon, le pauvre... Sinon, je suis toujours fan du jeu de Federer. Après, Nadal, j'aime bien, pour son esprit combattant. Djokovic a tout pour gagner... mais je suis plus Federer !

"Au tennis, je me lâche beaucoup plus"

Quel type de joueur es-tu ?
Très expressif. Au rugby, on ne montre pas trop nos joies et nos déceptions. Donc quand je joue au tennis avec des potes, je me lâche beaucoup plus. Et je suis très chambreur... J'essaye de jouer en filou, en baladant l'adversaire, pour après, pouvoir chambrer (rires) !

Avec qui échangeriez-vous volontiers quelques balles ?
Quand on s'était vus l'an dernier avec Gael, que j'étais blessé, j'ai pu voir qu'il avait un sacré coup droit... Je lui demanderais donc de frapper vraiment une fois comme en match, rien que pour voir la sensation que ça fait !

Si vous deviez affronter un tennisman sur un terrain de rugby, lequel choisirais-tu ?
Un mec comme Marat Safin doit faire mal...

Florian CAZENAVE (demi de mêlée, 22 ans)

Florian, si on vous dit "Roland Garros" : qu'est-ce que cela vous évoque ?
L'annonce des beaux jours, et d'un spectacle agréable à regarder. Pour moi, l''image la plus marquante de Roland Garros est celle de Yannick Noah en 83 sautant dans les bras de son père. C'est le plus lointain souvenir que j'en aie, et le plus marquant, comme beaucoup de monde j'imagine (sourire).

Récemment, côté tennis, par qui avez-vous été bluffé ?
J'ai regardé il y a peu le documentaire « Intérieur Sport » sur Paul-Henri Mathieu. J'ai découvert un personnage que je ne connaissais pas lorsque je le voyais simplement jouer à la télé. Le voir évoluer dans ces moments difficiles, et gagner le match qu'il a gagné ici : c'est beau ! Et ça donne du courage.

"Michael Chang ! Ce serait plus facile !"

Quel type de joueur êtes-vous ?
Je suis très offensif... Avec moi, on ne peut pas faire beaucoup d'échanges ! (rires)

Quelles réactions pouvez-vous avoir sur un court ?
Le rugby est un sport collectif, donc tous les excès de joie sont partagés collectivement. Ce sont des sentiments complètement différents de ceux d'un sportif qui pratique un sport individuel. Pour les tennismen, ça doit être d'autant plus fort à vivre, car la victoire leur appartient entièrement.

Quel joueur (ou ancien joueur) du circuit ATP défieriez-vous volontiers sur un terrain de rugby ?
Michael Chang ! Ce serait plus facile ! (rires) Lui et Santoro ont eu des profils de carrière particuliers, n'ont pas forcément brillé comme d'autres, mais ont toujours enquiquiné leurs adversaires et ont toujours été accrocheurs...

Damien CHOULY (troisième ligne, 26 ans)

Damien, on vous dit "Roland Garros" : qu'est-ce que cela vous évoque ?
Le début de l'été, forcément. Et c'est un rendez-vous immanquable. Sans doute la plus belle compétition tennis sur le circuit.
Des souvenirs marquants Porte d'Auteuil ?
Quand j'étais petit, je voyais Guy Forget, Cédric Pioline, des joueurs comme ça. Malheureusement, je n'ai jamais vu de Français s'imposer Porte d'Auteuil. Lorsque Noah a gagné, je n'étais pas né !... Roland, c'est aussi des souvenirs pendant les révisions du bac. On était à l'internat, et je me souviens qu'on se dépêchait vite de réviser pour pouvoir regarder les matchs et les finales (sourire)...

"Un peu gros pour jouer..."

Quel type de joueur êtes-vous ?
Pour être honnête, sur un terrain de tennis, je me retrouve en difficulté. Comme je suis grand, mon centre de gravité est assez haut. Sachant que le tennis, c'est beaucoup de petits appuis, de petits déplacements à gauche à droite, quand on est grand, il faut tout le temps se battre. On passe son temps à se baisser... Et puis je suis un peu gros pour jouer au tennis, donc je pense que ce n'est pas trop un sport pour moi ! (sourire)
Avec qui échangeriez-vous volontiers quelques balles ?
Avec Yannick Noah, ça pourrait être agréable.
Enfin, qui aimeriez-vous affronter sur un terrain de rugby ?
Bonne question... Allez, Djokovic !

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Besoin de tout le monde"

    Face au Leinster, on n'avait que la victoire et la qualification en tête.

  • Un peu juste pour Castres

    Ma blessure à la cuisse retarde ma reprise. C’est dommage car c’est une blessure un peu bête, qui aurait pu être évitée.

  • Rester dans les six premiers

    La défaite face au Munster ne nous a pas fait du bien, c’est une certitude mais on a gagné contre Brive et c’est le...