Publié par Baptiste Paquelier le 6 mars 2014 à 15h00

Marianne Gruel: "Plus on sera nombreuses..."

Le Rugby au féminin

Marianne Gruel, en pleine action. (Camille Matet)

Marianne Gruel: "Plus on sera nombreuses..."

Arbitre en Fédérale 3, Marianne Gruel  est un cas rare au sein du rugby français. A l’occasion de la journée de la femme, cette ancienne joueuse de 27 ans explique comment elle arrive à exister en terre virile. Avec beaucoup de passion et d’ambition.

Les joueurs sont-ils aussi respectueux avec vous qu’avec les arbitres masculins ?
Quand on arrive, il y a forcément une surprise, mais elle disparaît rapidement sur le terrain quand ils s’aperçoivent qu’on est aussi compétentes (que les hommes, ndlr). Au fur et à mesure, on gagne leur confiance lorsque l’on se rapproche le plus possible des points de contact, de ruck. Après, je pense qu’on met peut-être plus facilement en doute nos compétences, mais il faut s’affirmer et cela se passe bien. Les critiques s’arrêtent au cours du match quand les joueurs voient que cela ne change rien. Globalement, les joueurs sont vraiment respectueux, les critiques viennent plutôt des tribunes parfois.

Espérez-vous évoluer un jour à un niveau supérieur que la Fédérale 3 ?
Oui, notre but est toujours de progresser, pour arriver à d’autres niveaux de compétition et être confronté à d’autres problématiques dans l’arbitrage. Forcément que je veux progresser et m’améliorer !

Des arbitres féminines dans le rugby professionnel, cela vous semble-t-il possible ?
Tout à fait, il n'y a pas de raison ! On a les mêmes entraînements que les garçons, on a les mêmes examens, on fait les mêmes tests physiques. Si on arrive au même niveau, il n’y a aucune raison que l’on n’arrive pas à ce niveau d’arbitrage. C’est vrai qu’il y a peut-être des choses établies, mais plus on sera nombreuses, plus ce sera une normalité. Je pense d’ailleurs que de plus en plus d’anciennes joueuses vont se mettre à l’arbitrage. C’est vrai qu’en Île-de-France, je suis la seule classée, mais c’est un début. Il faut ouvrir la voix et être irréprochable pour que l’on ne puisse pas justifier qu’il  n’y ait pas d’arbitres féminins compétents.

"Sans passion, on ne s’implique pas dans l’arbitrage féminin"

L’évolution des règles, notamment en mêlée, est-elle réellement efficace ou complique-t-elle plutôt votre rôle ?
D’un côté, c’est intéressant parce que rien n’est immuable, on peut toujours se remettre en cause et progresser avec les règles. Elles sont surtout là pour la sécurité des joueurs, c’est quelque chose qu’on a tout le temps en tête et qu’on ne peut jamais oublier. Les règles n’évoluent pas tant que ça au rugby, il y en a un peu en début de saison, mais c’est surtout l’interprétation qu’on en fait qui évolue. Les mêlées sont devenues plus propres, elles tombent moins au sol, donc le jeu derrière est plus propre.

Il faut être passionné pour s’imposer un tel rythme…
Oui, clairement ! Sans passion, on ne s’implique pas dans l’arbitrage féminin en allant tous les week-ends sur des terrains parfois très éloignés.

Votre compagnon est arbitre aussi, cela facilite-t-il la compréhension au niveau de vos emplois du temps ?
Oui, il se déplace souvent, encore plus loin que moi d’ailleurs ! En plus, il arbitre en Fédérale 2 depuis quelques années et lorsque j’ai débuté, il m’a beaucoup aidée dans la compréhension des règles, la façon dont on doit trier les actions à sanctionner ou non. Il m’a aussi rassurée en me donnant un avis extérieur.

Vous êtes architecte en urbanisme. Est-ce difficile de concilier l'arbitrage et votre profession ?
En ce moment, je suis en recherche d’emploi, mais je travaillais en agence jusqu’à dernièrement. C’est vrai que c’est un choix. Quand on est arbitre et que l’on commence à avoir un certain niveau, on doit laisser tomber des choses à côté... Il faut savoir quel but se fixer et pour y arriver, il n’y a pas de mystère, il faut travailler. D’autant que je m’implique aussi dans le Comité auprès des jeunes arbitres, j’essaie de transmettre ce qui m’a fait progresser à ceux qui débutent.

(*) Tous les renseignements et les informations sur l'arbitrage sont à découvrir sur le site www.tousarbitres.fr

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS