Publié par Krystel Roche le 31 août 2012 à 23h27

La carte postale de... Cédric Heymans

Voyages

Cédric Heymans aime couper son portable pendant ses vacances. (Reuters)

La carte postale de... Cédric Heymans

Si les vacances sont déjà de lointains souvenirs pour les joueurs du Top 14, tout au long de l'été, notre site a reçu les cartes postales d'ici et d'ailleurs, postées par les acteurs du championnat de France. Comme un parfum de crème solaire qui flotte encore sur rugbynews.fr...L’arrière de Bayonne, Cédric Heymans, nous raconte ainsi ses dernières vacances à Dubaï, avec les dauphins.
 

Cédric, quelle a été votre dernière destination vacances ?
Dubaï. En famille. J'avais promis à mes filles de nager avec les dauphins, nous avons pu réaliser ça tous ensemble. Nous étions à l'hôtel Atlantis. C'est magnifique, extraordinaire... Au programme : nage avec les dauphins donc, aquaparc, visite des grandes tours. Nous sommes aussi passés à côté de la piste de ski, mais nous n'avons pas osé skier en plein été (sourire). Mais à Dubaï : tout est possible. C'est simple, là-bas, c'est « toujours plus » ! (sourire) Nous sommes également allés dans un centre commercial de 4 ou 5 étages... Mons-tru-eux ! Pour vous donner une idée, en 4-5h de temps, je n'avais fait qu'1/10e du centre. A la fin, la carte bleue fumait ! (rires) A l'intérieur du centre, tu as aussi un super aquarium, où tu peux te balader sur un petit bateau et voir les poissons, c'est très sympa. Dans la ville il y a aussi un endroit où tu es sur une bouée, tu descends, à un moment donné, tu passes dans le noir, et d'un coup, tu atteris dans un énorme tunnel en verre, au milieu des requins et des raies. C'est toujours plus, plus, plus... (sourire). En bref, une destination extra avec des enfants.

Quelle devrait être le prochain voyage ?
Comme chaque année, j'irai faire un tour en Corse. C'est obligé. La Corse, c'est… viscéral. Cela doit faire 12-13 ans que j'y vais chaque été. J'ai fait, comme tout le monde, le tour en voiture, avec les vaches derrière les virages, les cochons etc (rires). C'était super sympa ! Si je suis avec Justine (sa femme, ndlr), on va plutôt du côté de Calvi. Il y a de bonnes tables. On a surtout nos amis là-bas, qui ont un vignoble. Après, pour les enfants, on va plutôt sur les plages au sud (Bonifacio, Porto Vecchio etc). Et si je veux jouer au golf, je vais à Spérone. La Corse, j'essaye toujours d'y refaire un saut la semaine avant la reprise. Je vais courir dans le maquis, dans les vignes. Quand je fais des séances un peu dures, j'y repense... (sourire). Nous avons aussi nos habitudes du côté du Cap Ferret. Des amis ont une maison sur place. J'aime bien m'y rendre fin août-début septembre, prendre le bateau et aller manger un bout au banc d'Arguin. Ces petits moments-là sont des « passages obligés » pour préparer une bonne saison ! L'année prochaine, je serai peut-être retraité, donc je pourrai prendre des vacances prolongées... Avec mon épouse, nous aimerions faire le Kruger Park, en Afrique du Sud (plus grande réserve animalière du pays, ndlr).

Avez-vous des souvenirs de vacances datant de l'enfance et particulièrement marquants ?
Avec mes parents, on faisait du camping du côté d'Argelès. Donc les souvenirs, ce sont mes premières libertés... la sensation d'être un ado libre ! (rires). Je me rappelle aussi d'une anecdote : mon père nous avait interdit, à ma sœur et moi, de descendre la Dune du Pyla car pour se baigner en bas (c'est un peu dangereux avec les courants etc). Comme punition, il nous avait fait remonter en courant. Et monter la dune du Pyla en courant, c'est tendu. Je m'en souviens encore... !

Y a-t-il une odeur ou une saveur qui ravivent fortement certains souvenirs estivaux ?
L'odeur du maquis. Tu ne peux pas la retrouver ailleurs. Lorsque tu rentres, sur le continent, tu es en dépression ! (sourire)

Vous souvenez-vous de vos premières vacances seul, sans vos parents ?
Oui. C'était à Archachon. J'étais avec un pote, et l'on était parti retrouver nos petites copines. On dormait sous la tente (mal et très peu), on mangeait mal... J'avais maigri, ma mère se demandait ce que j'avais bien pu faire... C'était catastrophique ! (rires)

Quelles ont été vos vacances les plus mémorables ?
Avec les enfants, forcément (sourire). Après, difficile à dire. Je suis vraiment amoureux de la Corse, donc lorsque j'y suis, avec mes enfants en plus, c'est le pied. Dubaï, c'était pas mal aussi. Un bon moment. Et l'île Maurice, en amoureux, c'est fabuleux. Le top du top ! Nous y sommes allés cet hiver, à l'hôtel « Le Paradis ». Le chef est Français, et cuisine divinement bien. Et c'est là-bas que j'ai pu pêcher mon premier marlin (sourire) !

Les plus cauchemardesques que vous ayez vécues ?
En amoureux, aux Maldives. On s'est fait avoir... On avait réservé sur internet, il y a eu du surbooking. On n'a pas eu l'hôtel que l'on avait réservé. On devait être surclassés mais ça n'a pas été le cas. Mon épouse a attrapé une hépatite à cause de la « qualité » et de la « fraîcheur » des aliments. L'avion avait 8 heures de retard. Alors sur place, c'est vrai que les paysages sont jolis. Mais quand tu prends du recul... C'était une vraie galère, de A à Z.

La pire « tuile » qui vous soit arrivée en vacances ?
Un grave accident de voiture avec mon épouse, au Maroc.

Etes-vous fidèle à vos destinations vacances ?
La Corse et le Cap Ferret sont les deux passages obligés, les « bases ». Après, on découvre toujours de nouvelles destinations.

Si vous aviez carte blanche, tant sur la destination que sur les activités, à quoi ressembleraient vos vacances de rêve ?
On y pense depuis longtemps, donc j'espère que celles en Afrique du Sud ou en Australie seront des vacances de rêve (sourire).

Voyagez-vous léger, ou pas ?
Maintenant, nous sommes un peu tous assujettis aux excédents de bagages (sourire)... Mais je dois dire que je voyage plutôt chargé. J'emmène beaucoup d'affaires... dix fois trop... Quand je prépare ma valise, je mets 1 haut / 1 bas / 1 paire de chaussure.. et rebelotte : 1 haut / 1 bas / 1 paire de chaussures... Donc quand je pars un peu longtemps...

Vous  ne partez jamais sans...
… la trousse de secours avec les médicaments pour les enfants. Avec ce que l'on a vécu, j'ai  compris qu'il fallait toujours avoir le nécessaire.

Organisé, ou plutôt du genre à tout caler en urgence ?
C'est simple : je réserve un taxi qui me prend chez moi, m'amène jusqu'à l'avion, à la descente de l'avion, quelqu'un me récupère et m'amène à l'hôtel. J'ai tout planifié. Je ne pars ja-mais à l'arrache (sourire). D'ailleurs, la seule fois où je suis parti à l'arrache... C'était aux Maldives.

Le confort est-il un paramètre important pour vous, ou pas ?
Indispensable.

Avec quel sportif/ve d'une autre discipline partiriez-vous volontiers ?
Olivier Giraud, avec qui je sais que l'on trouverait une très belle destination golfique. Ou David Douillet, avec qui je trouverais une destination de chasse.

Partiriez-vous avec vos amis du rugby ?
Je pars d'abord en famille, ensuite avec des amis qui n'ont rien à voir avec le rugby. Mais il m'est arrivé de retrouver Vincent Clerc en Corse il y a deux ans par exemple. Je suis aussi parti avec Garba une fois.

Le « luxe » que vous vous offrez à cette période de l'année ?
Je fais des économies toute l'année pour ne pas regarder pendant les vacances.

Votre lecture de l'été ?
J'ai commencé plein de livres, mais n'en ai fini aucun. C'était « farniente » (sourire) ! Là, je suis en train de lire « Meurtres à Chantaco » (de Jacques Garay). Entre les livres papier et les livres téléchargés sur l'iPad, j'en ai plein la maison.

Votre musique de l'été ?
Dans ce domaine, je suis mes enfants... mes filles sont très branchées Adèle, LMFAO etc. Moi je suis très « chanson française à texte » (sourire), mais par la force des choses, les filles choisissent !

Pendant les vacances, avez-vous tendance à ressasser la saison passée, à imaginer la saison à venir, ou parvenez-vous à couper totalement ?
Je ne pense plus au rugby. Si j'y pense pendant les vacances, je sais que je vais exploser. Donc je coupe. J'ai même tendance à couper le portable, à être injoignable.

Votre "truc" pour déconnecter ?
Aller à la cave du Clos Culombu à Calvi. Et quand j'arrive à l'aéroport Sainte-Catherine, tac, il y a quelque chose qui se débranche (sourire)...

Une fois rentré, comment prolongez-vous les vacances ?
En m'organisant des week-ends dès que possible. Je ne vais pas forcément très loin, mais je bouge.

Réagissez

Les blogs des joueurs

  • "Le plus grand danger..."

    Le plus grand danger, qui nous guette, c’est de ne plus avoir la niaque, cette agressivité,  cette envie et...

  • "L'effectif pour encaisser"

    "Cette blessure, c’est dur, surtout pour François (Trinh-Duc). Il était en pleine forme en ce moment, il...

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...