Publié par Krystel ROCHE le 2 août 2012 à 17h04

La carte postale de... Simon Shaw

Voyages

Simon Shaw, grand fan du Club Med devant l'éternel... (Maxppp)

La carte postale de... Simon Shaw

Si les vacances sont déjà de lointains souvenirs pour la plupart des joueurs du Top 14, tout au long de l'été, notre site reçoit les cartes postales d'ici et d'ailleurs, postées par les acteurs du championnat de France. Comme un parfum de crème solaire sur rugbynews.fr... L'Anglais de Toulon, Simon Shaw, s'y colle entre souvenirs des plages kényanes et de son premier séjour en Nouvelle-Zélande, à l'âge de 17 ans.  

Simon, quelle a été votre dernière destination vacances ?
Après avoir fait le GR20 avec mes coéquipiers, je suis revenu cinq jours à Toulon pour déménager puis je suis retourné en Corse pour deux semaines. La première au Club Med de Sant'Ambroggio. Les enfants adorent : entre la plage, la piscine, les jeux, les spectacles le soir, ils ont de quoi faire ! La deuxième semaine, nous étions à Porto-Vecchio. Là, avec quatre enfants, sans miniclub, ça a été beaucoup de travail (rires). Nous avons visité Bonifacio, de belles plages comme Palombaggia, Santa Giulia etc. J'aime beaucoup la Corse et l'on y retournera souvent. Sans oublier que, pour les enfants, la traversée en ferry, c'est un peu un avant-goût avant les vraies vacances ! (rires)

Avez-vous des souvenirs de vacances datant de l'enfance et particulièrement marquants ?
Petit, j'ai habité au Kenya (pendant neuf ans). A chaque vacance, nous allions en Angleterre rendre visite à la famille. Et je détestais ça... Parce qu'il faisait toujours froid ! Moi, je préférais rester au Kenya, à la plage. Après, j'ai habité en Espagne, pendant cinq ans. Et là, c'était la même chose : chaque fois, on retournait en Angleterre. Moi, j'adorais aller au Club Med. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'y vais aujourd'hui avec ma famille. Quand tu es parent, au moins, là bas, tu ne culpabilises pas de laisser tes enfants car tu sais qu'ils passent un bon moment pendant que toi tu te reposes.
Y a-t-il une odeur ou une saveur qui ravivent fortement des souvenirs de vacances ?
Le goût de la salade ! (rires). Sachant que j'ai moins d'activité, je préfère faire attention et ne pas faire d'excès, histoire de ne pas avoir pris de poids en revenant à l'entraînement...

Vous souvenez-vous de vos premières vacances seul, sans vos parents ?
A 17 ans, j'étais parti une année en Nouvelle Zélande pour le rugby. J'habitais à Dunedin. A 17 ans, c'est énorme ! Mais en ce qui concerne mes premières vacances sans mes parents, c'était à Marbella avec six amis, trois garçons et trois filles. En résumé : beaucoup d'alcool, et de fête ! (rires)

Quelles ont été vos vacances les plus mémorables ?
A 10 ans, j'étais parti avec mes parents, ma sœur et mes grands-parents faire du camping. Nous avions parcouru beaucoup de pays (Allemagne, France, République Tchèque etc), et ce pendant un mois. Ça reste un très bon souvenir.

"Vive le club Med !"

Etes-vous fidèle à vos destinations vacances ?
Non. J'en choisis toujours de nouvelles.

Les plus cauchemardesques que vous ayez vécues ?
Je n'en ai pas eu de "cauchemardesques". Mais après la Coupe du Monde, je suis parti à Bali, et le premier jour, il y a eu un tremblement de terre (séisme d'une magnitude 6.9 ou 7 sur l'échelle de Richter). Ça faisait vraiment peur... Mais après, ça a été.

Si vous aviez carte blanche, tant sur la destination que sur les activités, quelles seraient vos vacances de rêve ?
J'aime beaucoup les Caraïbes. Mais je n'aime pas rester sur la plage à ne rien faire. Je préfère quand il y a plein d'activités, que je peux jouer au tennis, faire du ski nautique. Je m'intéresse aussi à la culture, j'aime découvrir les lieux historiques. J'irais donc dans un pays agréable pour se reposer, mais aussi intéressant de par son histoire.

Voyagez-vous léger, ou en excédent de bagages ?
Moi, je voyage léger. Je ne prends qu'un petit sac (brosse à dents- shorts- tshirts- tongs- maillots- lunettes de soleil et c'est bon !). En revanche, pour la famille, on emmène beaucoup, beaucoup de choses ! (rires)

Organisé, ou plutôt du genre à tout caler en urgence ?
Plutôt à la dernière minute...

Le confort est-il un paramètre important pour vous, ou pas ?
Pas plus que ça. Je demande juste un bon lit. Pour le reste, peu importe, mais je veux un grand lit, confortable ! (sourire)

Avec quel sportif/ve d'une autre discipline partiriez-vous volontiers ?
Peut-être des joueuses de beach-volley ! (rires)

Partiriez-vous avec vos amis du rugby ?
Oui, mais pour une courte période. Moins d'une semaine.

Le "luxe" que vous vous offrez à cette période de l'année ?
Un massage relaxant d'une heure.

Votre musique de l'été ?
"Call me maybe". Ce n'est pas ma chanson préférée, mais je l'entends en boucle à la radio et ma femme l'écoute et la chante tout le temps, donc je finis par la connaître par cœur ! (rires)

Pendant les vacances, avez-vous tendance à ressasser la saison passée, à imaginer la saison à venir, ou parvenez-vous à couper totalement ?
J'essaye de ne pas penser du tout au rugby, mais tout le monde m'en parle tout le temps, à cause de ma taille... Difficile donc de couper !

Votre "truc" pour déconnecter ?
Je fais de l'exercice, d'autres activités sportives : du golf -si j'ai du temps, même si c'est désormais pratiquement impossible (rires)-, du tennis -j'ai un bon service, mais c'est tout! (rires)- etc.

Une fois rentré, comment prolongez-vous les vacances ?
Pour moi, le rugby n'est pas un travail. C'est un plaisir. Pas besoin de prolonger les vacances donc... Et il faut dire qu'avec quatre enfants, quand je suis en congés, c'est du boulot ! Vive le Club Med ! (rires).

Réagissez

L'actu rugby en bref

RSS

Les blogs des joueurs

  • "Encore tout gagner"

    "Bénéficier d’une véritable intersaison, comme ça a été mon cas cet été pour la première fois depuis plusieurs...

  • "Plutôt positif"

    Des nouvelles de Fulgences Ouedraogo, après trois journées de Top 14. 

  • "Le travail va payer"

    C’est vrai que le début de saison est un peu mitigé, mais il y a des choses positives, qui prouvent qu’on a cette...